Qu'est-ce que le Poly-B?

Le Poly-B ou polybutylène a été largement utilisé en tant que conduit d'alimentation pour l'eau potable ainsi que pour les systèmes radiants à eau chaude aux USA dans les années 1970 et ensuite au Canada au début des années 1980. Ce produit était beaucoup moins dispendieux que le cuivre et plus facile d'installation. De plus, il était plus souple et moins bruyant.

Est-ce que le Poly-B est problématique?

Le chlore contenu dans l'eau affecte les conduits de Poly-B. La concentration de chlore dans l'eau étant plus élevé aux États-Unis, nombreux cas de fuites aux joints et parfois ailleurs le long des tuyaux ont été signalés. À tel point, qu'un recours collectif de près d'un milliard de dollars a eu lieu aux États-Unis. Au Québec, le recours collectif, entrepris en 1998, a fait l'objet d'un règlement en 2004, dans lequel une procédure de réclamation a été instituée pour les propriétaires concernés. La date limite de réclamation était fixée au 18 juin 2005.

Les raccords de plastique en acétal se désagrégeaient au contact du chlore dans l'eau et plus le taux de chlore était élevé, plus rapide était la réaction. Les fabricants ont cessé de produire ces conduits en 1995 et l'émission MarketPlace de la CBC révélait au cours d'un reportage en 1999 des documents qui semblaient prouver la défectuosité du produit :

Ce mémo interne de Shell Chemical, où l'on peut lire « Admit our product stinks… », que l'on pourrait traduire par « Admettons que notre produit est pourri… »!

Qu'est ce que le Poly-B?

Au Québec, plus de 200 000 bâtiments sont munis de ce type de conduit. Certains affirment qu'il n'y a pas de problématique, ici, vu que le taux de chlore contenu dans l'eau est beaucoup moins élevé que chez nos voisins du sud.
Est-ce que l'apparition rapide de problèmes aux États-Unis pourrait survenir au Québec dans un avenir rapproché? L'avenir nous le dira.

Est-ce que je devrais remplacer ces conduits?

L'Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC) ainsi que Assurances Habitations Desjardins dénoncent peu de cas de problématiques, au Québec. L'utilisation de raccord de cuivre, utilisé depuis 1986, réduirait également les risques de fuites.

Par contre, lors d'inspections, j'ai pu constater plusieurs cas de vert de gris et suintement aux jonctions des conduits de plomberie en Poly-B. Je recommande, à titre préventif, de faire remplacer les conduits accessibles ainsi que les autres, moins accessibles, lors de rénovations futures. La présence de Poly-B ne devrait pas affecter la valeur d'une maison et compte tenu le faible coût de remplacement par du PEX (polyéthylène), il serait sage de faire effectuer ces correctifs.

Chauffage radiant en Poly-B, est-ce problématique?

Certaines installations de chauffage central à eau chaude comportent des conduits de Poly-B. La perméabilité à l'oxygène de ces conduits favorise l'apparition de rouille accélérée à l'intérieur des composantes métalliques du système de chauffage. À partir du milieu des années 1990, suite à la découverte de cette problématique, les fabricants ont modifié ces conduits, afin qu'ils soient étanches à l'oxygène.

Qu'est ce que le Poly-B?

Fini le Poly-B, bienvenue le PEX

Le polyéthylène (PEX) est apparu vers la fin des années 1990, au Québec. Ces conduits sont plus souples et beaucoup moins dispendieux que le cuivre, sont étanches à l'oxygène et les raccords sont plus résistants. Ils sont utilisés en Europe depuis une trentaine d'années sans problématique. La plupart des maisons d'aujourd'hui sont alimentées en eau potable par ce type de conduit, à l'exception de certaines villes où la réglementation municipale l'interdit.